SIDE SPIN / Gregory Wagenheim / les photos

« Trajectoire imprévisible,Décalage imperceptible,Vélocité exponentielle, C’est un vertige rotationnel. » Chantait en 1983 ce groupe de new-wave toulousain dont le nom indéchiffrable (semblant rendre hommage à l’héritage de Champollion à l’humanité) assurera pour la postérité sa disparition progressive des dictionnaires du rock, jusqu’à son oubli définitif…

L’exposition, elle, n’est pas un hommage aux hiéroglyphes – quoique tentée par les signaux codés – mais à la maîtrise du Side Spin, le secret le mieux gardé des grands maîtres du tennis de table.
Et ces quatre mauvaises rimes en sont la clé de lecture la plus évidente.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.