LEE résidents DAAM LO « Pyrochromie » du 15 au 17 septembre 2017/vernissage le 15 septembre à 18h30

LEE résidents DAAM LO
« Pyrochromie »

peinture

du 15 au 17 septembre 2017

vernissage le 15 à 18h30

Durant les vacances scolaires estivales, Le LEE se repose tranquillement tandis que les résidents travaillent dur !

expo daam lo

Cette année LE LEE a accueillit le peintre Daam Lô, sa palette est réduite et porte encore en elle les traces de sa jeunesse à Dakar, mais c’est avant tout celle d’un citoyen du monde. Inspiré par les grands maîtres figuratifs que sont Rembrandt, Courbet, Iba Ndiaye, Edward Hopper ou encore Qi Baishi, Li Keran, Hokusai ou Utamaro, il entretient cette passion depuis sa plus tendre enfance. Une inspiration qui puise dans les arts populaires, de la fresque murale à la musique pop, et une démarche tout à fait logique pour un artiste autodidacte, qui, en musique, comme sur la toile, refuse tout académisme, prêchant pour un art de la rue avec sincérité et simplicité.

LEE résidents été 2014 / Kleiner & Massi les 12, 13 et 14 sept au LEE

Laboratoire d’Expression Élastique
LEE Résidents été 2014
Sophie-Dorothée Kleiner & Michel Massi


LEE Résidents 2014
expo du 12 au 14 sept 2014
vernissage le vendredi 12 sept à 18h30


La résidence d’été du LEE de cette année a accueilli Sophie-Dorothée KLEINER et Michel MASSI,
Nous vous invitons à découvrir leurs travaux au finissage de leur résidence le 12 septembre 2014 à 18h30, et du 12 au 14 septembre de 14h00 à 18h30.

http://sophiedo.blogspot.fr/

http://petitwell.jimdo.com/

résidence Massi & Kleiner été 2014

 

Julien Lanza / « Tentative d’épuisement » / Vernissage le 13 juin 2014 au Leé à partir de 18h30

julien lanza tentative d'épuisementVernissage le 13 juin 2014 en présence de l’artiste,
expo visible jusqu’au les 13/14/15 juin 2014 de 14h30 à 18h30

Au détour de rencontres et d’internet, le Leé découvre un poinçonneur de carrés, irrésistible obsession !


« 2006, ou l’avènement du carré
Une feuille bristol vierge, quelques feutres épars et l’angoisse du carreau blanc ; il n’en fallait pas plus à Julien LANZA pour se consacrer au dessin ; plus précisément à la construction géométrique. Toutes se déclinent autour du carré et du rectangle, voire plus simplement autour de la ligne – droites ou anguleuses, peu importe, l’important est de filer droit ! Avec ou sans couleurs, en plat ou en relief, abstraites ou figuratives… Julien LANZA nous invite à traverser 8 ans d’angles droits et de traits rectilignes.
Limité ? Au contraire ! Julien LANZA est loin d’en avoir épuisé toutes les possibilités. Car le cœur de ces dessins, c’est l’exploration. Comment décliner un même objet sans jamais se répéter ?, tel est son leitmotiv. A l’instar de sa première série : 365 dessins – 1 par jour, pendant 1 an -, chacun unique, épuisant toutes les possibilités du même élément. En cela, il s’appuie sur la composition, le volume et les perspectives de ces compositions géométriques.
Rigoureux? Certainement ! Intransigeant ? Un peu moins ! L’apparente rigidité de ces dessins contraste avec la spontanéité avec laquelle ils ont été exécutés. Pour Julien LANZA, ils lui permettent de lâcher prise. En architecte de l’imagination, il structure ses pensées en se perdant dans le quadrillage de la feuille. Ne pas réfléchir, créer en toute liberté en multipliant les formes à l’infini, en les empilant, construisant, déconstruisant… Une construction géométrique reflète un moment d’inspiration, une fenêtre ouverte sur un instant de vie à un moment précis. Pour le reste…comprend qui voudra !

Pour faire simple, Julien LANZA, c’est un travail, une pensée, tiraillés entre exigence et spontanéité, hasard et précision, répétition et exploration. Et c’est sûrement pourquoi ses déclinaisons géométriques sont infinies et terriblement obsédantes. »
Tom BOULANGEE